10 septembre 2007

Ca n'a rien à voir avec le tricot, mais....

... j'ai besoin d'en parler. Dans quelques semaines, mon grand-père nous aura très certainement quittés.

Ce jeune homme de quatre-vingt neuf ans qui, ce printemps encore, tondait sa pelouse, faisait ses confitures et conduisait sa voiture est martyrisé par sa prostate. La situation est devenue invivable. On lui a donc laissé le choix : ne rien faire, et vivre un enfer qui l'affaiblira très rapidement, ou se faire opérer, ce qui est risqué à son âge. Aujourd'hui, ma grand-mère et lui ont tranché : on prendra le risque.

Soyons lucides : il n'y croit plus, et j'ai entendu - pour la première fois - un vieillard au téléphone, qui souhaitait "nous voir encore une fois". Comment garder espoir dans ces conditions ? Comment se dire que ce n'est pas la fin ?

Nous allons le voir samedi, bien sûr. Verra-t-il encore Aristide ? J'aimerais tant que mon bébé puisse connaître et se souvenir de celui dont il a les oeillades malicieuses, les paluches et le bon coup de fourchette ! Comment avoir le courage, samedi, de ne pas pleurer, de le réconforter, et de lui insuffler courage et espoir, pour qu'il s'en sorte ?

Posté par zalinette à 21:48 - Commentaires [14] - Permalien [#]


Commentaires sur Ca n'a rien à voir avec le tricot, mais....

    VOEUX

    TRES SINCERES A CETTE PETITE FILLE ET A SA JEUNE FAMILLE...
    ai 73 ans, et partage la pensée de l'aieul,

    Il est bon et rassurant de lire un message aussi affectueux concernant votre grand-père,

    Ds le cas d un aurevoir, dites vous que vous êtes une part de son éternité, que vos enfants perpétueront aussi cette éternité..iL SERA TJRS PRESENT. BIEN grandmèrement une grosse bise avec un peu d ' EMBRUN

    Posté par EMBRUN, 08 janvier 2008 à 21:37 | | Répondre
  • de tous coeur avec toi , croit y et peut être tu auras le courage de lui insuffler l'espoir

    patou

    Posté par patou, 10 septembre 2007 à 23:28 | | Répondre
  • oui, Isabelle, je penserai très fort samedi à ton épreuve. Bon courage.

    Posté par Luisa, 11 septembre 2007 à 01:13 | | Répondre
  • c'est un moment difficile, et ton coeur te guideras le moment venu. Bon courage

    Posté par sand354, 11 septembre 2007 à 06:50 | | Répondre
  • Je vis une situation un peu similaire depuis 5 mois. Mon grand-père a une force incroyable et il se bat. Les médecins le pensaient perdu 15 jours après son entrée à leur clinique et avaient commencé à nous préparer...Il a eu un passage très difficile (les problèmes de santé de ton papy et du mien sont complètement différents) où on voyait un mort-vivant sur un lit d'Hôpital. Aujourd'hui il va mieux mais il n'est pas dit qu'il sortira un jour de cette clinique. Il ne se passe pas un instant sans qu'on se pose la question: Avons-nous fait le bon choix? Biensûr si on n'avait pas décidé de se battre on l'aurait regretté. Alors on s'est lancé dans l'aventure thérapeutique. Mais dans quelles souffrances... psychologiques et physiques (pour mon grand-père, nous c'est aléatoire). Ce ne sont pas des moments faciles et bien sûr on aimerait pouvoir garder ces gens qu'on aime toute notre vie, que nos enfants les connaissent et en garde des souvenirs. Mais parfois ce n'est pas possible. Mes enfants(que je n'ai pas encore...) ne connaitront jamais leur grand-père car mon père est décédé en 2002, mais l'important est d'entretenir le souvenir et de leur faire connaître à travers des photos, des petites histoires et nos propres souvenirs afin qu'un lien se tisse, malgré l'absence. Enfin c'est mon opinion, je ne sais pas, ce sont des situations difficiles et que chacun aborde sans doute à sa façon.
    Je t'envois de la force et du courage en pensée, à ton grand-père aussi.

    Posté par puccannick, 11 septembre 2007 à 10:06 | | Répondre
  • Bon courage

    Mon grand père c'est fait opérer il y a un mois d'une hernie discale, on pensait qu'il ne survivrait aps à l'anesthésie, on s'est tous réunis le matin dans sa chambre d'hopital, dans l'ordre, sa femme, ses enfants, ses petis enfants et ses deux arrières petits enfants (2.5 ans et 3 mois)= on l'a laisse partir sur le brancard avec des banderolles comique (je suis de Carcassonne, qui était en finale à Interville, série préférée de mon grand père) et on a tous pleuré dès qu'il est parti dans l'ascenseur, attendant que le médecin nous dise qu'il était décédé. Finalement, le médecin est bien venu nous voir une heure après en nous que tout allait pour le mieux.
    Dès fois, le fait que les personnes se sentent aimé et sentent surtout qu'il n'est pas encore temps de partir leur donne une force impensable et inimaginale. Il faut dire que mon grand père à 97 ans.

    Bon courage à toi et gros bisous

    Babafamily

    Posté par babafamily, 11 septembre 2007 à 11:15 | | Répondre
  • J'ai vécu une période assez similaire avec la grand-mère de mon mari (que je considérais comme mienne tant nos liens étaient forts). La présence de notre lutin lui faisait beaucoup de bien, je le lui mettais dans les bras et je sais qu'elle m'en était extrêmement reconnaissante car elle avait besoin de sentir son unique arrière-petit-enfant présent.
    Bref, courage et soyez présents. Les grands-parents font souvent preuve d'une force inimaginable et ils la puisent en nous ainsi qu'en nos petits.

    Posté par anne-so, 11 septembre 2007 à 12:14 | | Répondre
  • tu sais même si tu pleurais, ce n'est pas ça, manquer de courage...et il vous reste des moments à passer ensemble, qu'il ne faut pas passer à penser au pire, au contraire; c'est très difficile, mais nul doute qu'Aristide vous aidera.

    Posté par circé, 11 septembre 2007 à 13:14 | | Répondre
  • Mais non

    mais non, il ne faut pas perdre espoir !
    Ma grand-mere, cardiaque a du se faire operer en urgence de l'appendicite à ...85 ans. Toute la famille a couru la soutenir a l'hopital en pensant que c'etait la derniere fois qu'on la voyait. L'anesthesie, l'operation se sont parfaitement bien passees. Bon apres, elle n'a plus beaucoup marche mais elle a vecu encore jusqu'a 91 ans !
    Apportez lui votre amour, qu'il sente que tout le monde le soutient dans cette epreuve.

    Posté par Nathalie G., 11 septembre 2007 à 15:01 | | Répondre
  • bon courage, il n'y a pas de recettes, on fait comme on peut, on fait au mieux...

    Posté par sof frankenstein, 11 septembre 2007 à 18:06 | | Répondre
  • Isabelle, je ne sais trop que te dire pour te réconforter, ou pour t'insuffler du courage...
    Tes grand-parents sont courageux, ils ont choisi l'intervention, au risque de précipiter la fin, pour saisir la seule chance d'une survie de bien meilleure qualité.
    Ton grand-père a la chance d'avoir connu son arrière-petit-fils... et Aristide le connaîtra également, puisqu'il verra des photos de son arrière-grand-père le tenant dans les bras, ou lui souriant... Et tu lui raconteras!
    Tu as la chance de pouvoir aller voir ton grand-père avant qu'il ne soit trop tard. De pouvoir aller passer un moment avec lui, tout en sachant que c'est peut-être le dernier. De pouvoir dire au revoir. C'est important, ça. Et ça donne la force de le faire, d'être là, de prouver une fois de plus son amour. C'est ce qui compte. Pleurer ou ne pas pleurer, c'est secondaire. Avoir de la peine, être inquiet, c'est normal dans ces circonstances. Pourquoi chercher à tout prix à le cacher?
    Quoi qu'il en soit, sois sereine, profite tant que tu peux de ces moments en famille, et fais le plein de souvenirs à raconter à ton petit bout...

    Posté par Noémie, 11 septembre 2007 à 18:57 | | Répondre
  • Ton grand père puisera la force de continuer dans ton sourire. S'il te voit inquiète, il le sera d'autant plus. Une fois à la maison, tu pourras verser toutes les larmes de ton corps. Comme bcp d'autres, j'ai déjà vécu cette situation, 3 fois, et malgré le chagrin, paradoxalement, c'était toujours des périodes très enrichissantes. Bon courage. xxx

    Posté par ruth91, 11 septembre 2007 à 23:46 | | Répondre
  • Bon courage Isabelle, ne perds pas espoir. Je penserai à toi samedi, de tout coeur...

    Posté par Christine, 12 septembre 2007 à 14:14 | | Répondre
  • Je te lis sur le tard, tu as revu ton grand'père hier; il a demandé de vous voir "une dernière fois" au cas où, il a voulu vous revoir avant son opération pour aller vers cette opération le coeur en paix, car vu son âge il est plus fragile pour une opération, mais ce n'est pas pour ça que cela va mal se passer; il se sait soutenu et aimé par sa famille et il vous aime aussi; c'est normal d'avoir peur mais garde espoir, tout va peut-être bien se passer , je te le souhaite sincèrement ainsi qu'à ta famille et à ta grand-mêre et ton grand-père; je n'ai encore jamais posté sur ton blog mais ton message ma touchée; bon courage, je croise les doigts pour vous tous

    Posté par Bernadette, 16 septembre 2007 à 21:44 | | Répondre
Nouveau commentaire